La période thématique

1922 - 1961

 

De 1922 à 1961, au cours de cette période thématique, Georges Braque reprend inlassablement ses thèmes de prédilection dans un souci de perfection.

Cette période puise ses racines dans le fauvisme et le cubisme de son auteur et plus particulièrement dans les natures mortes, paysages ou figures humaines.

La difficulté d’appréhension de cette période tient à ce que les grandes thématiques récurrentes peuvent côtoyer des thèmes de moindre importance (guéridons, cheminées, chaises) mais complémentaires et qui, ensemble, forment une unité artistique complète.

Plus délicat encore dans cette traversée de près de quarante ans est la superposition d’un thème par rapport à l’autre. Par exemple, dans le long thème des natures mortes (1906 –1961), Braque opère des changements qui démontrent l’évolution de ses conceptions. Cela ne l’empêchera pas pour autant de réaliser au même moment d’autres thèmes, lesquels pouvaient aussi vivre avec ces natures mortes. Braque l’explique clairement : « Ce qui m’a beaucoup attiré, c’était la matérialisation de cet espace nouveau que je sentais. Alors je commençai à faire surtout des natures mortes, parce que dans la nature morte il y a un espace tactile, je dirais presque manuel… Cela répondait pour moi au désir que j’ai toujours eu de toucher la chose et non seulement de la voir. C’est cet espace qui m’attirait beaucoup, car c’était cela la première recherche cubiste, la recherche de l’espace. La couleur n’avait qu’un petit rôle. »

Une autre facette démontre la complexité de cette période. En effet on peut voir dans le thème des duos évoluer une conception visuelle (la superposition de deux visages l’un noir et l’autre blanc) et philosophique qui démontre une dualité intellectuelle proche des religions orientales, tels du « Yin et du Yang ».

Cette période présente aussi dans certaines œuvres des plans verticaux ou inclinés qui apparaissent dès la fin du cubisme d’avant-guerre et qu’il reprendra après la guerre avec Nature morte au guéridon réalisée en 1918. Leur conception d’un intérêt majeur se caractérise par une position de basculement du plan horizontal en plan quasi-vertical ou incliné sur lequel sont posés de nombreux objets.

Cette conception a pour but de visualiser chaque objet et d’éviter au maximum les inconvénients de la superposition.